Skip to content

Nouvelles sur les médicaments biosimilaires

Biosimilaires Canada a compilé une liste de nouvelles canadiennes et internationales au sujet des médicaments biosimilaires, qui pourraient intéresser les lecteurs. Les liens suivants vers des sites internet de tiers sont indiqués aux fins d’information uniquement; ils sont le reflet de l’approbation de leur contenu par notre organisation. Les déclarations et communiqués de presse de Biosimilaires Canada sont accessibles ici.

La Colombie-Britannique augmente son utilisation des médicaments biosimilaires afin de rembourser davantage d’options thérapeutiques

La Colombie-Britannique est devenue la première province à mettre en place une telle initiative de transition vers les médicaments biosimilaires. « Les données probantes montrent clairement que ces patients peuvent passer d’un médicament biologique d’origine à un médicament biosimilaire efficacement et sans danger; ces deux éléments clés ont toujours été les plus importants pour nous au sujet de cette transition, a déclaré Adrian Dix, ministre de la Santé. Nous savons que l’utilisation des médicaments biosimilaires a extrêmement bien fonctionné dans d’autres pays pour faire en sorte que les patients reçoivent les médicaments dont ils ont besoin, et il est grand temps que nous rattrapions notre retard. Grâce à l’utilisation des médicaments biosimilaires en Colombie-Britannique, nous pourrons réinjecter environ 96,6 millions de dollars dans les soins de santé au cours des trois prochaines années. » [traduction libre]
Disponible en anglais seulement.

Voir la suite

Mise à jour de l’énoncé de position de la Société canadienne de rhumatologie (SCR) sur les biosimilaires

La SCR a publié une mise à jour de son énoncé de position qui « encourage les rhumatologues à prodiguer les meilleurs soins possibles à leurs patients et à faire des choix responsables pour le bénéfice de l’ensemble de la société. Les rhumatologues devraient envisager de recourir au produit le plus économique lorsqu’ils ont le choix entre un agent biologique de référence et un biosimilaire et se soucier de l’aspect économique. »

Voir la suite

Énoncé de politique sur l’attribution de noms aux médicaments biologiques de Santé Canada

Santé Canada a décidé que tous les médicaments biologiques, y compris les médicaments biosimilaires, seront identifiés par leur nom de marque unique et leur nom générique (commun), sans l’ajout d’un suffixe propre au produit. Cette position s’aligne sur les approches de l’Agence européenne des médicaments et de la Therapeutic Goods Administration de l’Australie et est appuyée par Biosimilaires Canada et l’International Generic and Biosimilar Medicines Association (IGBA).

Voir la suite

Green Shield Canada termine avec succès son programme pilote de transition vers les biosimilaires

L’assureur Green Shield Canada (GSC) publie les résultats de son programme pilote de transition vers les médicaments biosimilaires. De tels programmes de transition vers les médicaments biosimilaires sont désormais offerts à tous les preneurs de régime de GSC.
Disponible en anglais seulement.

Voir la suite

Rapport de l’ACMTS au sujet des politiques internationales sur l’utilisation adéquate des médicaments biosimilaires

L’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS) a publié une revue des politiques internationales de postcommercialisation, de programmes et d’autres stratégies mis en œuvre pour orienter l’adoption des biosimilaires, et pour promouvoir leur utilisation adéquate et rentable.

Voir la suite

Selon une revue systématique de littérature, le risque en matière d’innocuité ou de perte d’efficacité après une transition vers un biosimilaire est faible

Lors de l’analyse de 90 études portant sur 14 255 patients, les auteurs ont constaté que la transition vers des médicaments biosimilaires n’a entraîné aucune augmentation des manifestations associées au traitement en matière d’innocuité, ni de perte d’efficacité. « Par conséquent, les données très complètes recueillies portent à croire que le fait de passer d’un médicament de référence à un médicament biosimilaire n’est pas dangereux en soi, et que les patients, les professionnels de la santé et la population ne devraient pas supposer que cela pose un problème », déclarent les auteurs.
[traduction libre]
Disponible en anglais seulement.

Voir la suite